[Le Centre de Convalescence LA SERENA]

  • Le Centre de convalescence
  • L'offre de soins
  • Instances et Vigilances
  • Certification
  • Développement durable

PRÉSENTATION DE L'ÉTABLISSEMENT

Créé en décembre 1992, le centre de convalescence dispose de 104 lits de soins de suites indifférenciés assurant une continuité des soins 7 jours sur 7 et 24h/24. Deux médecins généralistes salariés assurent le suivi médical des patients en collaboration avec trois médecins rééducateurs et douze kinésithérapeutes libéraux. Les structures techniques, médico-techniques, administratives, informatiques, ressources humaines ainsi que la direction de l'établissement sont centralisées dans les locaux de la clinique Saint George.

La Serena

Les trois services d'hospitalisation du centre de convalescence disposent d'un personnel paramédical, hôtelier et administratif compétent et attentif qui s'efforce de tout mettre en œuvre pour apporter des soins individualisés de qualité et rendre le séjour le plus agréable possible.

Le centre accueille, en filière de soins, des patients du groupe Saint GEORGE (établissements MCO) et d’autres établissements, en post opératoire relevant d'une prise en charge de soins de suite et de réadaptation, atteints de pathologies orthopédiques, viscérales, cardiovasculaires, gynécologiques et gériatriques.

A côté des soins de suite et de convalescence, le centre dispose de postes de rééducation, de salles de kinésithérapie et d’une table de radiologie.

La politique d'informatisation menée dans l’établissement a déjà permis l'informatisation du dossier de soin infirmier et du circuit du médicament dans le respect des bonnes pratiques. Cette démarche mise en place depuis 2000 s'est concrétisée avec l'acquisition d'un logiciel qui va permettre à terme d'informatiser complètement le dossier du patient.

Les équipements

  • 104 lits de moyen-séjour
  • 1 salle de rééducation
  • 8 cabinets de kinésithérapie
  • 1 installation de radiologie

Les spécialités soins de suite d'une hospitalisation en service de court séjour

  • médecine, cardiologie, pneumologie, endocrinologie, oncologie ;
  • chirurgie orthopédique, digestive & thoracique, vasculaire, gynécologique.

L'OFFRE DE SOINS

NOS VALEURS

La Serena

Le Centre de Convalescence LA SERENA comme tous les établissements du Groupe Saint GEORGE est engagée, sur la base de valeurs fortes clairement affichées, par la devise suivante :

« Le patient dans le cœur et l’excellence en tête »

NOS ENGAGEMENTS

Notre politique d’établissement s’articule autour de cinq grands axes :

  1. Proposer au patient une offre de soins large
  2. Offrir au patient des soins de qualité et personnalisés
  3. Offrir au patient un plateau technique moderne
  4. Offrir au patient des prestations hôtelières de qualité
  5. Abolir les frontières ville/clinique
Ces engagements se déclinent dans le projet d’établissement. Il est soutenu par la direction générale et s’organise autour du projet médical proposé par la CME.

La politique d’établissement

Le Centre de Convalescance LA SERENA a, notamment, pris les engagements suivants :

  • Lutter contre la douleur quel qu'en soit son origine (en favorisant, en particulier, la formation de soignants au Diplôme Universitaire de prise en charge de la Douleur).
  • Encourager l’hygiène et la prévention des infections nosocomiales. Nos efforts, mesurés par les services de l’état, sont publiés officiellement sous la forme du tableau de bord de Lutte contre les Infections Nosocomiales. Ainsi notre engagement vaut à notre clinique d’être classée en « A » à l'indice composite ce qui est le meilleur niveau d’exigence.
  • Moderniser en permanence notre système d’information. L’informatisation du dossier du patient et notamment du circuit du médicament est effective depuis 2002.
  • Développer et moderniser les locaux en permanence (travaux de rénovation et de réhabilitation de tous les services…) par des investissements significatifs.
  • Assurer le Développement Professionnel Continu (DPC) (anciennement apellé formation continue) des acteurs de la prise en charge (mise en place de journées de formation pour les soignants, soirées FMC…).
L’ensemble de ses projets a comme unique objectif d’améliorer le service médical rendu au patient.

Le respect des droits du patient est un des axes majeurs de l’établissement. Cela se traduit par un accueil personnalisé respectant la confidentialité du bureau des admissions jusqu’aux services de soins.

Démarche d'amélioration continue de la qualité et gestion des risques

La Serena

Le projet d’établissement est soutenu par une politique d’amélioration continue de la qualité et de gestion des risques mise en place très tôt par la Direction Générale. Cette politique est récompensée, tous les quatre ans, par la satisfaction à la procédure de certification de la HAS, depuis la première version de juin 2003, sans réserve ni recommandation.

La direction de l’Amélioration Continue de la Qualité et de la Gestion des Risques se compose :

  • du directeur de l’Amélioration Continue de la Qualité et de la Gestion des Risques dont la fonction est transversale sur le groupe Saint GEORGE ;
  • d’un Responsable d’Assurance Qualité (RAQ) et Gestionnaire de Risques nommé (ingénieur titulaire d'un master de la faculté de Médecine de Nice) qui participe également à l’Amélioration Continue de la Qualité.
Les praticiens de l’établissement, représentés par le président de la CME, collaborent étroitement au fonctionnement de la direction de l’Amélioration Continue de la Qualité et de la Gestion des Risques ainsi qu'aux vigilances et aux audits internes.

Le management qualité de l’établissement se traduit par le développement d’un certain nombre de missions. Parmi celles-ci, on peut noter :

  • l’accompagnement de l'établissement dans la démarche de certification ;
  • la coordination de toutes les vigilances de l’établissement ;
  • la mise en place, l’animation et le suivi de « plan d’audit » ;
  • l’accompagnement méthodologique des évaluations des pratiques professionnelles (EPP) ;
  • la mise en place et le suivi d’une gestion de projets ;
  • le suivi et le traitement des évènements indésirables ;
  • la communication interne et externe ;
  • la formation interne…

 

LES INSTANCES ET VIGILANCES

La Conférence Médicale d’établissement (CME)

La Serena

L'ensemble des praticiens exerçant leur activité dans l'établissement est réunit, de plein droit, dans le cadre de la Conférence Médicale d'Établissement (CME) : c'est l'interface entre la direction générale et les praticiens libéraux de l'établissement .

Conformément au décret n° 2010-1325 du 05 novembre 2010 relatif à la conférence médicale d’établissement des établissements de santé privés paru au journal officiel du 07 novembre 2010 fixant la composition et les modalités d’organisation et de fonctionnement de cette instance.

La CME est consultée sur :

  • la politique médicale de l’établissement, notamment le projet médical et les éléments du CPOM qui s’y rapportent
  • le règlement intérieur de l’établissement
  • les prévisions annuelles d’activité.

La CME est informée :

  • des bilans d’analyse des évènements indésirables survenus dans l’établissement
  • de la programmation de travaux, l’aménagement de locaux ou l’acquisition d’équipements susceptibles d’avoir un impact sur la qualité et la sécurité des soins.

Attributions particulières de la CME :

  1. En matière de qualité et de sécurité des soins :

    La CME contribue à l’élaboration de la politique d’amélioration continue de la qualité et de la sécurité des soins en ce qui concerne notamment :

    • la gestion globale et coordonnée des risques visant à lutter contre les infections associées aux soins et à prévenir et traiter l’iatrogénie et les autres évènements indésirables liés aux activités de l’établissement
    • les dispositifs de vigilance destinés à garantir la sécurité sanitaire
    • la politique du médicament et des dispositifs médicaux stériles
    • la prise en charge de la douleur
    • le plan de développement professionnel du personnel médical et pharmaceutique salarié de l’établissement.

  2. En matière d’accueil et de prise en charge des usagers :

    La CME contribue à l’élaboration de projets relatifs aux conditions d’accueil et de prise en charge des usagers, notamment :

    • la réflexion sur l’éthique liée à l’accueil et à la prise en charge médicale
    • l’évaluation, le cas échéant, de la mise en œuvre de la politique des soins palliatifs
    • le fonctionnement, le cas échéant, de la permanence des soins
    • l’organisation des parcours de soins.

  3. La CME propose en conséquence un programme d’actions qui :
    • prend en compte les bilans d’analyse des évènements indésirables et les informations contenues dans le rapport annuel de la commission des relations avec les usagers et de la qualité de la prise en charge
    • comprend les actions nécessaires pour répondre aux recommandations du rapport de certification et mettre en œuvre les objectifs et engagements fixés dans le CPOM en matière de sécurité des soins et d’amélioration de la qualité
    • est assorti d’indicateurs de suivi.

La CME s'assure, en lien avec la direction de l'établissement, de l'exhaustivité du contenu du volet médical du dossier patient et de la bonne tenue des pièces qui y sont insérées, dans le respect de la réglementation en vigueur, et des recommandations de l'HAS. Elle aide au recueil des « Indicateurs Pour l'Amélioration de la Qualité et de la Sécurité des Soins » (IPAQSS) suivants :

  • Tenue du dossier patient (TDP), score sur 100
  • Délai d’envoi des courriers de fin d’hospitalisation (DEC), pourcentage de dossiers conformes
  • Traçabilité de l’évaluation de la douleur (TRD), pourcentage de dossiers conformes
  • Dépistage des troubles nutritionnels (DTN), pourcentage de dossiers conformes
  • Traçabilité de l'évaluation du risque d'escarres (TRE), score sur 100

Les résultats 2012 (données 2011) pour le Centre de Convalescence LA SERENA, affichés à l'entrée de l'établissement sont les suivants :

Indicateurs IPAQSS

La Commission de Relation avec les Usagers et de la Qualité de la prise en charge (CRUQ)

Elle a pour mission d’assister, d’informer, d’orienter toute personne qui s’estimerait victime d’un préjudice dans l’établissement et d’indiquer les voies de conciliation et de recours dont elle dispose.
Elle examine les plaintes et les réclamations qui ne présentent pas un recours gracieux ou juridictionnel et veille à ce que toute personne soit informée sur les voies de recours et de conciliation dont elle dispose.

Elle donne son avis sur la politique d’amélioration continue de la qualité de l’établissement à partir des données issues des enquêtes de satisfaction et évènements indésirables qui lui sont communiquées.

Ses membres sont conviés à toutes les réunions d'instance de l'établissement, participent à des audites dans l'établissement auprès des patients hospitalisés…

Le Comité d’éthique

Il émet des avis sur des problèmes éthiques et sur les questions de société soulevées par les progrès de la connaissance dans le domaine de la biologie, de la médecine et de la santé. Il est animé par des praticiens de tous les établissement du groupe Saint GEORGE et agréé par la Direction et la CME de la clinique.
Le comité a, notamment, participé au travaux de ré-écriture du livret d'accueil, à la rédaction du « Guide d'accompagnement pour l'accès au dossier médical »…

Le Comité de Lutte contre les Infections Nosocomiales (CLIN)

Il coordonne l'action des professionnels de l'établissement dans les domaines suivants :

  • La prévention des infections nosocomiales
  • La surveillance des infections nosocomiales
  • La définition d'actions d'information et de formation en matière d'hygiène hospitalière et de lutte contre les infections nosocomiales
  • L'évaluation périodique des actions de lutte contre les infections nosocomiales dont les résultats sont utilisés pour élaborer des programmes d'actions

La Serena

Les réunions (trois au minimum par an) se font au niveau d'un CLIN inter-établissements du Groupe Saint GEORGE pour coordonner la surveillance et la prévention des infections nosocomiales (infection qui apparaît au cours ou à la suite d’une hospitalisation et qui était absente au moment de l’admission à la clinique).
Ces réunions, où participent les membres du CLIN de chaque établissement, permettent de favoriser des plans d'actions communs, une saine émulation, le partage d'expérience et de la formation… tout en préservant l'autonomie de chacun.
Le CLIN inter-établissements améliore la communication entre les établissements constituant un véritable réseau de soins des patients (prise en compte des problèmes éventuels sur les établissements en filiaire de soins comme les Centres de Convalescence).

Il participe aux travaux du réseau départemental : l'AZUR-CLIN.

Il établi chaque année un plan d'action (diffusé dans les livrets d'accueil) qui s'appuie sur l'évaluation et le bilan du plan de l'année précédente. Il assure le suivi des cinq indicateurs de lutte contre les infections nosocomiales (Tableau de bord des Infections Nosocomiales).

Lors de la publication des derniers résultats publiés (données 2011 publiées en 2012), le Centre de Convalescence LA SERENA (Catégorie : SSR SLD) a obtenu :

  • ICALIN (indice composite des actions de lutte contre les infections nosocomiales): note de 99/100 points
  • ICSHA (indicateur de consommation de solutions hydro-alcooliques) : 110 % de l’objectif réalisé
  • ICATB (indice composite de bon usage des antibiotiques) : note de 100/100 points

Les résultats pour 2012 (données 2011) sont les suivants :

Le Comité de Sécurité Transfusionnelle et d’Hémovigilance (CSTH)

Pour la prise en charge d’un certain nombre de pathologies, le recours à une transfusion peut être nécessaire. La délivrance de produits sanguins nécessite la mise en place d’une chaîne de procédures rigoureuses et d’un système de traçabilité et de suivi très précis.
L'établissement dispose d'une convention avec la Clinique Saint GEORGE pour l'utilisation de son dépôt de sang relais et dépôt d'urgence.
Le CSTH inter-établissements a pour mission de contribuer par ses études et ses propositions à l'amélioration de la sécurité des patients transfusés dans les établissements du groupe et notamment le centre de Convalescence LA SERENA.
Il veille à la mise en œuvre des règles et procédures d'hémovigilance et est chargé de la coordination des actions d'hémovigilance entreprise au sein de l'établissement de santé. Il contribue ainsi à l'amélioration de la sécurité des patients transfusés dans le Centre de Convalescence.
Il joue un rôle important en termes de formations des professionnels de santé, concernés par l'acte transfusionnel.
Son action est centrée sur la sécurité transfusionnelle et l'hémovigilance.

Sa composition, mais aussi son organisation, son fonctionnement et ses missions sont définis réglementairement.

Il établi chaque année un plan d'action qui s'appuie sur l'évaluation du plan de l'année précédente.

Le Comité du médicament et des dispositifs médicaux stériles (COMEDIMS)

La Serena

La délivrance de votre traitement est organisée par un circuit (prescription médicale, dispensation par le pharmacien et administration par l'infirmière) et soumis à des procédures rigoureuses, notamment pour éviter les erreurs.

Il a notamment pour mission :

  • de définir la politique du médicament et des dispositifs médicaux stériles à l’intérieur de l’établissement ;
  • d'élaborer la liste des médicaments et des dispositifs médicaux stériles dont l’utilisation est recommandée dans l’établissement ;
  • de définir et diffuser les recommandations en matière de prescriptions et de bon usage des médicaments et des dispositifs médicaux stériles et de lutte contre la iatrogénie médicamenteuse ;
  • d'établir le rapport annuel d’activité du comité du médicament qui est transmis à la CME, à la direction et au CA ;
  • d’élaborer et mettre à jour le livret thérapeutique.

Le Comité des Antibiotiques, sous commission du COMEDIMS, veille au bon usage des antibiotiques au sein de la clinique, met à jour la liste des antibiotiques des livrets thérapeutiques et assure le suivi des antibiotiques à dispensation contrôlée.

Le Comité de Lutte contre la Douleur (CLUD)  

Le CLUD est un centre de réflexion et de proposition appelé à travailler en collaboration effective et permanente avec la direction de l'établissement, la CME ainsi qu'avec la pharmacie. Le CLUD Inter-établissements du Groupe Saint GEORGE n'a pas pour mission d'assurer directement la prise en charge de la douleur qui relève des services cliniques et des structures spécialisées de traitement de la douleur.
Ce comité a pour mission :

  • de dresser un état des lieux ;
  • de proposer les orientations les mieux adaptées à l’établissement déclinées à travers un plan d’action annuel afin de coordonner toute action visant à mieux organiser la prise en charge de la douleur.

La douleur n’est pas une fatalité, elle est un signal d’alerte.

Lors d'une hospitalisation dans l'établissement, vous ne devez pas la laisser s’installer.
Lorsque la douleur apparaît, alertez le personnel soignant. Après évaluation de l’intensité de votre douleur (EVA), un traitement médicamenteux et le recours à des dispositifs médicaux pourront vous être proposés. Ces traitements font l’objet d’une prescription médicale.

Le Comité de Liaison en Alimentation et Nutrition (CLAN)

La Serena

Le CLAN a pour mission de favoriser le développement de la politique d’amélioration de la prise en charge de l’alimentation et de la nutrition au sein de l’établissement. Le CLAN participe :

  • à l’harmonisation des pratiques professionnelles, relatives à l’alimentation-nutrition, en coordonnant, notamment, la mise à jour des procédures ;
  • à la mise en place d’une gestion rationnelle de l’ensemble de ces activités ;
  • à la définition des actions prioritaires à mener dans le domaine de la nutrition et de la restauration par la préparation du programme annuel d’actions et au bilan de l’existant en matière de structure, moyens en matériels et personnes ;
  • à l’évaluation annuelle de façon globale, sur la base des rapports d’activités, des activités alimentation-nutrition ;
  • à la définition de la formation continue spécifique à ces actions à mettre en œuvre dans le cadre du plan de formation.

Une bonne alimentation, adaptée en fonction à l'âge, à l'état de santé… concourt à l’amélioration de la santé et facilite la récupération après une intervention chirurgicale ou un traitement.
Ce comité a pour objectif de veiller à ce que les prestations de restauration qui vous sont offertes soient adaptées à vos besoins mais aussi qu'elle vous satisfassent. Il est organisé au niveau inter-établissements pour les établissements du groupe et se réunit trois fois par an.

Des diététiciennes se relayent pour évaluer l'état nutritionnel des patients hospitalisés, les conseiller sur leur alimentation et éventuellement, sous la conduite des praticiens de l'établissement, prendre en charge une dénutrition éventuellement détectée.

CERTIFICATION de la HAUTE AUTORITé de SANTé

La Haute Autorité de Santé (HAS) a prononcé, en avril 2011,
la certification sans recommandation ni réserve du Centre de Convalescence LA SéRéNA
pour une période de quatre ans selon la procédure V2010 (dernière en date) et l’encourage à poursuivre sa démarche qualité. La visite des experts de la HAS pour la troisième procédure de la certification (V2010) s'est déroulée du 12 au 15 octobre 2010.

Ces démarches de certification qui s’imposent à tous les établissements de santé (privés, PSPH et publics) tous les 4 ans est placé sous le contrôle de la HAS et a pour objectif de concourir à l’amélioration continue de la prise en charge des patients sur l’ensemble du territoire français (ordonnance du 24 avril 1996, décret n° 97-311 du 7 avril 1997, loi du 13 août 2004 et article L 6113-3 du code de la santé publique).

La Serena

La certification mesure, sur la base d’un manuel de certification (identique quelque soit le statut privé ou public de l’établissement), le niveau de qualité d’un établissement de santé en évaluant l’ensemble de son fonctionnement et de ses pratiques (engagement dans une démarche pérenne).
La procédure de certification est en constante évolution de façon à s’adapter aux exigences des patients en matière de qualité et de sécurité des soins. Ainsi, depuis le début de la mise en place de la certification des établissements, plusieurs manuels ont vu le jour : manuel version 1, manuel version 2 (2004), manuel version 2007 (version 2 bis), manuel version 2010 (ex version 3, révisé 2011).

Cette démarche volontaire, véritable travail de fond, mobilise tout l’établissement au quotidien (métiers et services) et permet de créer une dynamique favorisant l’implication du personnel, la mise en place de méthodologies efficaces et le suivi des actions d’amélioration et de prévention des risques mises en place.
Cette logique de travail pluridisciplinaire et interactive est un gage supplémentaire de qualité pour le patient, qui est entouré d’un personnel directement impliqué dans la prévention des risques, le respect des bonnes pratiques et des normes en vigueur.
Depuis ses débuts, cette dynamique est encadrée, dans l’établissement, par une direction constituée d’ingénieurs « qualité et de gestion des risques » : la Direction de l’Amélioration Continue de la Qualité et de la Gestion des Risques (DACQGDR).

Le détail des décisions prises par la haute Autorité de Santé dans le cadre de la certification du Centre de Convalescence LA SRENA est disponible sur le site Internet de la HAS :

  • Certification V1 : visite en mars 2003, certification sans recommandation prononcée en juin 2003
  • Certification V2 : visite en janvier 2007, certification sans recommandation prononcée en avril 2007
  • Certification V2010 : visite en décembre 2010, certification sans recommandation ni réserve prononcée en avril 2011

La version 2010 de la procédure de certification a intégré de nouvelles thématiques comme :

  • la bientraitance ;
  • l'éducation thérapeutique du patient ;
  • le développement durable

Afin de renforcer l'effet levier sur la qualité et la sécurité des soins de la certification ont été également introduits :

  • des Pratiques Exigibles Prioritaires (PEP) ;
  • les indicateurs nationaux généralisés (Indicateurs IPAQSS et de lutte contre les infections nosocomiales).
La HAS considère ces PEP comme essentielles et incontournables avec un niveau d’exigence supérieur aux autres critères (la non satisfaction à l’un de ceux-ci peut entraîner un niveau de certification péjoratif pour l’établissement) et le résultat des indicateurs nationaux détermine le niveau de qualité atteint pour certaines références.

L’avenir…

Depuis cette certification, le Centre de convalescence LA SéRéNA poursuit sa politique d’amélioration continue de la qualité et de gestion des risques. La prochaine procédure de certification devrait amener les experts visiteur de la HAS dans l'établissement en fin 2014…

 

LE DéVELOPPEMENT DURABLE

Cette démarche, conduite par la direction générale de la clinique, à pour but de promouvoir une démarche globale de développement durable dans la clinique. Elle se justifie pleinement car, comme tous les établissements de soins, la clinique est un consommateur d’énergie, un producteur de déchets et une source de risques pour l’environnement. L’établissement est, en outre, un partenaire des pays en voie de développement.

La Serena

En 2005, le 34e congrès de la fédération internationale des hôpitaux, à Nice, soulignait que « l’hôpital a par sa vocation, ses missions et ses activités, une plus grande responsabilité et un devoir d’exemplarité dans la mise en place d’une stratégie de développement durable ».

Les actions DéJÀ réalisées

La clinique a commencé à intégrer le développement durable dans ses objectifs et à sensibiliser les patients, visiteurs et intervenants par des actions de communication interne pour minimiser ses impacts sur l'environnement, depuis plusieurs années déjà, comme l’atteste, entre autre :

  • l’effort pour la réalisation d’économies d’énergie (participant à la réduction d’émission de dioxyde de carbone) par :
    • la suppression des interrupteurs dans certaines parties communes et leur remplacement par des détecteurs de présence permettant un éclairage pertinent ;
    • le préchauffage de l’eau chaude sanitaire (ECS) par un système de chauffage à eau solaire en circuit fermé par un échange thermique à plaque ;
  • le développement de la sécurité sanitaire aussi bien pour protéger le patient contre les risques liés au traitement de l’eau ou de l’air, à l’utilisation de produits et matériels, que pour protéger l’environnement des effets générés par les activités de soins (rejet des effluents par exemple) ;
  • le traitement adapté des déchets hospitaliers pour éviter tout risque de contamination (procédures à respecter pour la gestion des déchets d’activité de soins à risque infectieux [DASRI]). Par leur volume important et leur diversité, ils font l’objet d’un tri spécifique ;
  • la mise en place du tri sélectif, notamment du verre, des cartons, des cartouches de toner… ;
  • la promotion régulière et sensibilisation des salariés à la pratique du co-voiturage (réduit le trafic et la pollution et participant à la réduction d’émission de dioxyde de carbone) ;
  • rétention des eaux pluviales, dans des citernes, et redistribution par épandage permettant une gestion durable de l'eau destinée à l'arrosage. Récupérer et de réutiliser l’eau de pluie est certes économique mais c’est surtout un geste écologique qui permet de :
    • ménager les nappes phréatiques en diminution et polluées ;
    • réduire les eaux de pluie pour la prévention des crues ;
    • diminuer les eaux de ruissellement en cas de fortes pluies (la ville augmente les surfaces imperméabilisées soustrayant à l'infiltration des surfaces de plus en plus importantes…) en faisant « rétention » dans des citernes ;
    • préserver et respecter cette ressource plutôt que de la rejeter vers le réseau d’assainissement.
    Comme l’indique l’article 641 du Code Civil, « un propriétaire a le droit de capter et d’utiliser l’eau pluviale qui tombe sur sa propriété ».
  • les dons à des pays en voie de développement de certains matériels amortis et restant en bonne état de marche.

Les actions en préparation

Les axes de progression sont encore possibles :

  • opter pour des produits nettoyants non toxiques ;
  • élimination des PVC ;
  • utilisation de peintures sans solvant ;
  • prise en compte de l'éco-construction dans ses projets d'extension et mise en place d'une démarche HQE ;
  • mise en place d’une politique des achats en intégrant systématiquement le critère environnemental dans ses choix ;
  • amélioration du tris sélectif notamment vis-à-vis des papiers…

Cette politique de développement durable, impulsée par la direction générale, est aussi l’affaire de tous, chaque jour, par une implication personnelle de tous les acteurs de soins, pour préserver la santé et l’environnement de tous durablement.

 

Ligne éditoriale | Mentions légales | Plan du site | Création G-créa
© 2007 Groupe Saint GEORGE - 2 avenue de Rimiez - 06100 NICE
Retour
haut